INTÉGRATION DE LA SÉVÉRITÉ DU FEU DANS LES OUTILS D'AMÉNAGEMENT ÉCOSYSTÉMIQUE EN FORÊT BORÉALE

Jonathan Boucher, détenteur d’un doctorat en foresterie et contrôleur au Centre provincial de lutte à la SOPFEU, a tenu une conférence devant une douzaine de personnes du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), le 13 avril dernier, afin d’expliquer le sujet de ses recherches qui portent sur la méthode de caractérisation de la sévérité du feu et des bénéfices que cette méthode pourrait apporter lors de la confection de plan de récupération écosystémique après feu.

Voici un résumé de sa conférence :

Chaque année en forêt boréale, les feux génèrent de grandes quantités d’arbres morts au Québec. Considéré comme une perte de revenu potentiel pour l'économie, le gouvernement demande qu'une partie de ces arbres soit récupérée. C'est d'ailleurs une pratique connaissant une tendance à la hausse au niveau mondial. Par contre, la récupération de ce bois est régie par diverses contraintes, dont la rentabilité des opérations et le respect des normes d'aménagement forestier écosystémique (AFE) visant la conservation de la biodiversité associée aux forêts brûlées. La mise en application de l'AFE nécessite de connaître l'impact du feu sur la forêt, et ce, de façon spatialement explicite.

Dans cette optique, nous avons d’abord évalué la sévérité du feu sur le terrain dans 60 sites d’études répartis à travers cinq brûlis. Nous avons ensuite évalué le potentiel du "differenced Normalized Burn Ratio (dNBR)", une méthode de télédétection développée par des chercheurs américains pour estimer la sévérité du feu, à offrir une représentation fidèle des conditions de terrain. Les résultats positifs de cette étape nous ont permis de considérer le dNBR pour bonifier les outils d’aménagement utilisés en forêts brûlées. Du point de vue de la rentabilité de la récupération, nous avons utilisé le dNBR pour prédire la densité des attaques de Monochamus spp. (Coleoptera : Cerambycidae), qui constituent une source importante de dégradation de la qualité du bois et incidemment de sa valeur. Les connaissances acquises sur l’écologie des Monochamus spp. et les modèles établis permettent de prédire les niveaux d’attaque de ces insectes en fonction de l’essence, du diamètre des tiges et de la sévérité du feu (dNBR). Ensuite, suivant le cadre de l'AFE, nous avons cherché à identifier les forêts à haute valeur de conservation pour la biodiversité, en utilisant les coléoptères saproxyliques comme groupe indicateur, et les variables clés que sont l’essence, la dimension des arbres et la sévérité du feu (dNBR). Cela nous a permis d’identifier six groupes d’espèces écologiquement liées, desquels nous avons identifié trois groupes ayant un fort lien avec l'habitat brûlé. Puisque ces trois groupes contiennent des espèces associées aux brûlis et qu'elles sont liées à des habitats prisés par la récupération, comme le pin gris et les tiges de gros diamètres, ces espèces pourraient être négativement affectées par la récupération.

Les résultats de nos travaux, grâce à l'utilisation d'un indicateur spectral de la sévérité du feu (dNBR) dans les outils d'aménagement, rendront possible l'optimisation de la récupération après feu, tant des points de vue économiques que de la conservation, et ce, dans le respect de l'AFE.

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

PLEINS FEUX SUR LE MÉTIER D'AÉROPOINTEUR

LES SAISONS SE SUIVENT ET NE SE RESSEMBLENT PAS

UN RÉSEAU INTERNATIONAL DE DÉTECTION DE LA FOUDRE